OFLAG XB NIENBURG AM WESER

Le Caporal Chef Julien K.        N°73

Ordonnance des Officiers

Prisonnier le 13 mai 1940

Rentré en France le 30 avril 1945

Suite au Plan français DYLE-BREDA de la Seconde Guerre Mondiale, Le Caporal Chef Julien K., mon père, a combattu au Mont Saint Guibert (Belgique) et a été fait prisonnier de guerre français à l'OFLAG XB en Allemagne (Nienburg am Weser) de 1939 à 1945. Après son décès (fin du XXème siècle), j'ai reçu en héritage de nombreux documents originaux historiques sur ses conditions de détention.

Afin de retracer son parcours militaire d'appelé du contingent 1938 jusqu'à sa démobilisation en 1945, j'ai souhaité construire un site internet familial interactif me permettant de comprendre les conditions géopolitiques d'une époque pendant laquelle je n'étais même pas conçu. Dès 1939 au champ de bataille, Le Caporal Chef Jullien K. note sur ses carnets, de combattant puis de prisonnier de guerre français, un récit détaillé de son périple. Il me l'expliqua bien trop tard, à l'âge où j'étais censé tout comprendre (l'âge de raison?).

Pour perpétuer sa mémoire et celles des autres militaires français présents sur ses photographies originales personnelles d'avant guerre (au 1er Régiment d'Infanterie 1er R.I. de Cambrai) et pendant sa captivité à l'OFLAG XB, je publie les vues au format initial. Des liens internet volontairement très complets ponctuent ma démarche de recherche géopolitique.

OFLAG XB NIENBURG AM WESER

Si vous êtes rescapés vous-même ou descendants d'un Prisonnier de Guerre de l'OFLAG XB, vous pouvez encore vous recueillir sur le site historique. Tout n'est plus là, mais les lieux sont sauvegardés car toujours entretenus par la police allemande et l'armée allemande qui utilisent les structures.

L'OFLAG XB est toujours situé sur la Ziegelkampstraße 31582 Nienburg (Weser), Allemagne 

Ce site retrace l'Histoire des Prisonniers de Guerre Français de La Seconde Guerre Mondiale, déportés dans des camps, en allemagne nazie, de 1939 à 1945.

Des militaires de toutes les nations attaquées par les troupes armées allemandes nazies, combattirent sur plusieurs fronts en Europe. Mon père fut un de ceux-là, Prisonnier de Guerre Français.

LA BATAILLE DE FRANCE

 

Depuis la Mobilisation Générale du 2 septembre 1939

à l'Armistice du 8 mai 1945

 

( récit sur base de documentations diverses )

Le 10 mai 1940, la 1ère Armée Française (dont le 1er Régiment d'Infanterie de Cambrai 1ER R.I.) https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_fran%C3%A7aise_en_1940 https://fr.wikipedia.org/wiki/1re_division_d%27infanterie_motoris%C3%A9e_(France) https://fr.wikipedia.org/wiki/1er_r%C3%A9giment_d%27infanterie_(France)

entre en Belgique dans le cadre du Plan DYLE- BREDA https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Dyle adopté en novembre 1939 par l'Armée Française pour repousser les troupes armées allemandes nazies en cas d'invasion de la Belgique ou des Pays-Bas.

Les troupes armées allemandes nazies déclenchent le plan jaune (Fall Gelb) le 10 mai 1940 et entrent en Belgique à travers le massif Ardennais. https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Jaune

Le plan jaune Fall Gelb permet aux troupes armées allemandes nazies de vaincre des troupes armées d'autres nations comparables en nombre et en matériel, obligeant ainsi la capitulation des Pays-Bas (le 15 mai 1940) et de la Belgique (le 28 mai 1940) et permettant ensuite la conquête du Nord de la France (région d'origine du Caporal Chef Julien K.).

Lors de la Bataille de France, les troupes armées allemandes nazies continuent leurs avancées par le plan Fall Rot qui est l'invasion de la France. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_France

Le Général Maurice GAMELIN  https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Gamelin, Général en Chef des Forces Armées Françaises est écarté du Grand Commandement de Guerre lors du contournement de la Ligne Maginot pour être remplacé par le Général Maxime WEYGAND. https://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Weygand      https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_Maginot 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_ligne_Maginot

Le 5 juin 1940, les troupes armées allemandes nazies reprennent l'offensive d'invasion vers le sud de la France. Le général Maxime WEYGAND défend les positions militaires françaises de La Ligne Weygand vers la Somme et l'Aisne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_Weygand

Devant la déroute des restes des armées françaises, le gouvernement français de Paul REYNAUD quitte Paris le 10 juin 1940 pour Tours. Les réfugiés qui fuient la Belgique et le Nord de la France sont rejoints par des réfugiés de la région parisienne. https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Reynaud https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Paul_Reynaud

Les troupes armées allemandes nazies atteignent la Seine à Rouen le 9 juin 1940. La commune de Paris est déclarée ville ouverte et elle tombe sans combat le 14 juin 1940, date de début de l'occupation allemande nazie jusqu'au 08 mai 1945 (date de l'Armistice).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Paris_sous_l%27occupation_allemande

Entre les 13 et 19 juin 1940, les troupes armées allemandes nazies continuent de franchir le Rhin et arrivent à Orléans le 16 juin 1940.

Le Général Maxime WEYGAND concentre les troupes françaises restantes sur la Loire. 

Le 17 juin 1940, le nouveau chef du gouvernement français, le Maréchal Philippe PETAIN fait cesser les combats et il signe l'armistice avec les troupes armées allemandes nazies le 22 juin 1940.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_P%C3%A9tain https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Philippe_P%C3%A9tain https://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_du_22_juin_1940

Dès l'ordre de cessation des combats et avant la signature de l'armistice pétainiste du 22 juin 1940, Le Général Charles DE GAULLE, https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_de_Gaulle Secrétaire d’État à la Défense, partisan de la poursuite de la guerre, continue le combat et rejoint Londres le 17 juin1940 où il prononce son appel à résister du 18 juin 1940. https://fr.wikipedia.org/wiki/Appel_du_18_Juin

Le 22 juin 1940, la délégation française pétainiste signe l’armistice de la défaite à la clairière de Rethondes (département de l'Oise), dans le victorieux Wagon de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale 1914-1918. Ce véritable wagon historique authentique est envoyé à Berlin (allemagne) par le chef des troupes armées allemandes nazies (que vous devinerez...) et ils sont détruits en 1945 (tous les deux: le wagon et le chef).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Armistice_du_22_juin_1940 https://fr.wikipedia.org/wiki/Wagon_de_l%27Armistice https://fr.wikipedia.org/wiki/Clairi%C3%A8re_de_l%27Armistice

Les troupes armées allemandes nazies poursuivent leurs avancées militaires jusqu'au 24 juin 1940 minuit et les deux tiers de la France sont envahis ainsi que les îles Anglo-Normandes Britanniques.

Malgré la signature de l'armistice pétainiste franco-allemand du 22 juin 1940, les soldats français invaincus de la Ligne Maginot poursuivent le combat jusqu'à la mi-juillet 1940.

STUKA (Junker JU-87) 

L'avion de chasse des troupes armées allemandes nazies

Afin d'avoir un aperçu des destructions provoquées par les avions stukas, voici un lien vers une vidéo du site DAILYMOTION:

https://www.dailymotion.com/video/x199q0v_2e-guerre-mondiale-le-bombardier-en-pique-ju87-stuka_tech

L'avion de chasse des troupes armées allemandes nazies STUKA (Junker JU-87) est un nom qui restera dans les mémoires, synonyme de terreur, de destruction, et de mort. Le hurlement produit par les sirènes activées par le vent relatif lors des piqués vertigineux avait un effet dévastateur sur le moral des troupes armées combattantes adverses au sol et des colonnes de civils en fuite.

L'avion de chasse Stuka fut le fer de lance des troupes armées allemandes nazies dans toutes leurs batailles de la Guerre Eclair de 1940. 5700 exemplaires de cet appareil furent construits avec plus de carburant, plus de bombes, plus de blindage, plus des canons anti-chars.

Mais l'avion de chasse Stuka n'était pas un grand combattant des airs: le Supermarine Spitfire de la Royal Air Force (R.A.F.) et le Hawker Hurricane de la Royal Air Force (R.A.F.) le dominaient.

Disponible sur le site Dailymotion, un film réalisé en temps de guerre à partir de documents des troupes armées allemandes nazies, des troupes armées anglaises et des troupes armées russes (depuis la Guerre d'Espagne en 1936 jusqu'au Front Russe en 1944, retrace l'histoire du tristement dévastateur avion Stuka.

 

La déclaration de Guerre de la FRANCE

le 03 septembre 1939

suite à l'invasion de la POLOGNE

Le 1er septembre 1939, sans déclaration de guerre, les troupes armées allemandes nazies envahissent la Pologne par les frontières germano-polonaises.

Le prétexte de l'invasion de la Pologne concerne les pseudos droits de l'allemagne nazie sur la ville libre de Dantzig et le passage entre le Land de la Prusse Orientale et le reste des autres lands allemands nazis.

Conformément au Pacte Germano-Soviétique signé à Moscou le 23 août 1939, la Pologne est partagée entre l'allemagne nazie et l'Union Soviétique des Républiques Socialistes (U.R.S.S.) qui envahit l'est de la Pologne le 17 septembre 1939.

Suite à l'invasion de la Pologne le 3 septembre 1939 et aux Pactes (Royaume-Uni France du 06 février 1939) (Royaume-Uni Pologne du 25 août 1939) (Déclaration de guerre du Canada contre l'allemagne nazie du 10 septembre 1939) la France, le Royaume-Uni (Empire), l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada entrent en guerre.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_de_la_Seconde_Guerre_mondiale

La capitale polonaise Varsovie capitule le 27 septembre 1939 et dès le 28 septembre 1939 l'allemagne nazie et l'Union Soviétique des Républiques Soviétiques (U.R.S.S.)  se partagent le territoire polonais, suite au traité signé à Moscou le 23 août 1939 (une traduction en français est sur le site Anne Frank). 

http://www.annefrankguide.net/fr-FR/content/Pacte%20germano-sovietique.pdf

 

Les restes de l'armée polonaise, le gouvernement polonais (qui ne s'est jamais rendu) et le trésor de la banque nationale polonaise quittent la Pologne pour la Roumanie, puis arrivent à Alexandrie, en territoire britannique (Royaume-Uni) d'où quelques avions polonais rescapés permettent à des dirigeants polonais de rejoindre la France et le Royaume-Uni.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Campagne_de_Pologne_(1939)

Après l'invasion de la Pologne en 1939, le Gouvernement Polonais en exil arrive en France (à Paris et à Angers jusqu'en juin 1940).Suite à l'invasion de la France en juin 1940, il arrive à Londres.

Le Gouvernement Polonais en exil constitue l'Armée Polonaise de l'Ouest jusqu'en 1944 aux côtés des troupes armées du Royaume-Uni et les militaires polonais combattent lors des Bataille de France, Bataille d'Angleterre, Bataille de l'Atlantique, Afrique du nord.

Le 28 juin 1945, un nouveau gouvernement d'unité nationale est constitué avec divers mouvements de résistance dont l'Armée Polonaise de l'Ouest.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_polonais_en_exilhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_polonaise_de_l%27Ouest

 

Le triste armistice de collaboration du 22 juin 1940

Etat Français - Troupes armées allemandes nazies d'occupation

signé par le maréchal Philippe PETAIN

Après le triste armistice de collaboration Etat Français - Troupes armées allemandes nazies d'occupation du 22 juin 1940, La France est partiellement occupée, divisée en zones (libre, occupée, interdite, annexée). L'Alsace - Lorraine est annexée aux territoires allemands nazis.

Le département du Nord de la France et La Belgique annexée deviendront la Zone Interdite Rattachée au gouverneur militaire allemand nazi de Bruxelles.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Administration_militaire_de_la_Belgique_et_du_Nord_de_la_France

Ayant quitté Paris pour s'installer à Vichy, le maréchal Philippe PETAIN collabore avec les troupes armées allemandes nazies d'occupation et son gouvernement appelé Le Régime de Vichy envoya des travailleurs français en allemagne nazie, dans l'industrie de guerre.

 https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_de_Vichy 

 

LE CAPORAL CHEF Julien K.

 

PRISONNIER DE GUERRE FRANCAIS A L'OFLAG XB n°73

 

ORDONNANCE DES OFFICIERS

Prisonnier le 13 mai 1940

Rentré en France le 30 avril 1945

Combattant depuis le département du Nord de la France et secourant le Peuple Belge, la troupe Française fût arrêtée par les forces allemandes nazies et par les pilonnages en piqué des avions nazis stukas.

Pendant tous ces évènements géopolitiques décrits plus haut sur ce site familial, Le Caporal Chef Julien K., fait Prisonnier de Guerre Français le 10 mai 1940 au Mont Saint Guibert en Belgique, est déjà arrivé blessé à l'OFLAG XB et tente d'avoir des nouvelles des hostilités (pensant rentrer rapidement chez lui, mais la fameuse guerre éclair de La Bataille de France n'a, malheureusement pas été remportée par l'armée française en 1940.

Pour comprendre visuellement l'offensive militaire allemande nazie en 1940, voici quelques liens vers des films d'époque.

https://www.youtube.com/watch?v=wQNc44MVULQ 

https://www.youtube.com/watch?v=lol5nnBTNOM 

https://www.youtube.com/watch?v=FCC4qJsNHHg

https://www.youtube.com/watch?v=6HHFIRBaf0E

https://www.youtube.com/watch?v=wbKYbLUkIpk

Vous qui verrez ces films décrits ci-dessus, imaginez alors le Caporal Chef Julien K. combattre avec ses camarades soldats français (en Belgique dans le cadre de l'offensive française du Plan Dyle-Breda), depuis le 10 mai 1940, soit déjà 5 jours sous les feux d'artillerie et d'avions stuka allemands nazis.

Blessé, le Caporal Chef Julien K. sera déporté, en allemagne nazie, pour cette dernière action de bravoure et il restera 5 années, en captivité très surveillée, à l'OFLAG XB dans la ville de NIENBURG AM WESER.

Le début de son périple à travers l'Europe en guerre de 1940 est pareil à celui des autres otages de la Seconde Guerre Mondiale (Prisonniers de Guerre ou Déportés dans les Camps).

Après un long et éprouvant parcours (Belgique, Pays-Bas, Allemagne) dans des wagons de marchandises ou à bestiaux, les prisonniers de guerre français de son convoi ferroviaire arrivèrent dans des STALAGS pour les Soldats ou des OFLAGS pour les Sous-Officiers et les Officiers.

Situé dans la région allemande militaire nazie de guerre XB (appellation remplaçant tout signalement géographique), l'OFLAG XB était un camp construit près de Hanovre, sur des terrains bordant la caserne MUDRA.

L'OFLAG XB et Le STALAG XC étaient situés l'un à côté de l'autre, dans la rue Ziegelkampstraße 31582 Nienburg (Weser), Allemagne

Camouflé géographiquement par son appellation, l'OFLAG XB était aussi difficile d'accès, aménagé de sommaires baraques en bois, cerné de fils barbelés, de miradors avec des sentinelles armées de mitraillettes, un vrai cul de sac au bord de la rivière WESER.

La position camouflée de l'OFLAG XB, n'évita pas le bombardement du 04 FEVRIER 1945, qui tua de très nombreux Officiers Prisonniers de Guerre Français.

Outre le froid, les mauvaises conditions de détention, la nourriture était distribuée avec parcimonie. Pour complémenter le maigre ordinaire du camp, les Prisonniers de Guerre Français recevaient des Colis de LA CROIX-ROUGE FRANCAISE.

Ces rares denrées étaient acheminées par La Poste de L'Etat Français (Régime de Vichy Etat Français du Maréchal Philippe PETAIN).

Fouillés et censurés par la censure allemande nazie de l'OFLAG XB, ces colis étaient déchargés et distribués par Les Ordonnances des Officiers Français, dont le Caporal Chef Julien K.

L'envoi de colis aux prisonniers de guerre était difficile pour les familles, mais encore plus particulièrement pour celles domiciliées dans Le Nord de La France (zone interdite occupée par les armées allemandes nazies).

Comme la durée de détention s'éternisait, les Prisonniers de Guerre Français cultivèrent leurs potagers et ils améliorèrent leur nourriture, dans un seul désir: l'évasion.

L'évasion venait aussi intellectuellement et certains d'entre eux reprirent des études scolaires afin d'obtenir un diplôme (dont la vrai valeur serait attestée ou non par les nouvelles autorités françaises d'après guerre). 

La gestion administrative allemande du camp et les Doyens des Prisonniers de Guerre Français désignèrent un officier français "de confiance" mais qui n'était pas maître de ses décisions.

Après plusieurs changements, les français choisirent le Lieutenant-Colonel Jacques DE PINSUN puis le Général Jean-Armand DULUC.

L'OFLAG XB subit le bombardement du 04 FEVRIER 1945, par un avion Anglais, qui tua presque 100 officiers français. Proche de la voie de chemin de fer, l'OFLAG XB aurait été confondu avec la Gare de Nienburg am Weser.

Ce bombardement meurtrier, l'insécurité de la ville NIENBURG AM WESER dont la population civile se préparait à un exode partiel, décidèrent les gardiens allemands nazis à déplacer une partie des Prisonniers de Guerre Français.

Dès l'approche des Troupes Anglaises de Libération, les troupes allemandes nazies de l'OFLAG XB combattirent sur d'autres fronts et il ne resta que peu de gardiens pour surveiller les Prisonniers de Guerre Français.

L'OFLAG XB accueillit des Prisonniers de Guerre Français d'autres camps, Le Commandement Français eut plus d'autonomie, mais pas de liberté car selon l'issue des batailles alentours, la sécurité était menacée.

Après des manœuvres d'encerclement par l'Armée Anglaise de Libération, les troupes allemandes nazies furent faites prisonnières.

Ces Valeureux Prisonniers de Guerre Français de l'OFLAG XB rentrèrent de captivité, dans une France Libérée de l'occupant nazi et des pétainistes du Régime de Vichy.

Ils recherchèrent leur famille (parfois décimée après un bombardement ou disparue lors d'un exode).

Pendant un certain temps, l'Amicale des Anciens Prisonniers de Guerre de l'OFLAG XB les secourût pécuniairement, les habillât, les relogeât, leur trouvât du travail.

Malgré tous ces dévouements, certains des Anciens Combattants ne survécurent pas longtemps (trop affaiblis par toutes les privations de nourriture ou de liberté).

Ceux qui réussirent à vieillir durent tous se reconstruire une vie, parfois parsemée de cauchemars liés aux souvenirs des combats ou de la captivité.

LE CAPORAL CHEF Julien K.

PRISONNIER DE GUERRE FRANCAIS A L'OFLAG XB n°73

 

ORDONNANCE DES OFFICIERS 

 

Prisonnier le 13 mai 1940

Rentré en France le 30 avril 1945 

(L'Armistice a été signé le 8 mai 1945)

 

Le Caporal Chef Julien K., mon père, fût membre de l'Association des Anciens Prisonniers de l'OFLAG XB et d'autres Associations d'Anciens Combattants.

De très nombreuses années après sa libération de l'OFLAG XB, l'ex Caporal Chef Julien K. ne pensait pas revenir dans ce pays non réunifié à l'époque, séparé entre la République Fédérale Allemande (Allemagne de l'Ouest R.F.A.) et la République Démocratique Allemande (Allemagne de l'Est R.D.A.).

Suite à une boutade sur Charlemagne et l'eau de Cologne en bouteille..., il fit de courts séjours en Allemagne de l'Ouest (R.F.A., à l'époque du Mur de Berlin).

Lors du passage des douanes Franco-Allemandes, Belgo-Allemandes, Néerlando-Allemandes, on pouvait remarquer une légère émotion lorsqu'il croisait le regard du douanier allemand, scrutant les visages des touristes ...

Passé ces temps délicats des contrôles aux frontières pour une personne qui avait été invitée, contre son gré, 5 années en allemagne nazie et ayant survécu à une captivité, il aima visiter les villes de BONN (la Chancellerie de la République Fédérale d'Allemagne de l'Ouest), AIX LA CHAPELLE (Charlemagne), COLOGNE (la véritable eau de cologne parfumée).

Mais il n'exprima jamais le souhait, ni de visiter la ville de NIENBURG AM WESER, ni de retourner à l'OFLAG XB.

A une époque où les technologies du XXI ème siècle n'existaient pas (internet fixe ou internet mobile, téléphone portable, gps), il ignorait les autres témoignages laissés par d'autres anciens Prisonniers de Guerre Français de l'OFLAG XB.

Lorsque le réseau internet fixe devint accessible en France à un coût presque raisonnable pour un débit suffisamment rapide, j'ai découvert plusieurs sites consacrés à l'OFLAG XB.

Fils de ce Prisonnier de Guerre Français de la Seconde Guerre Mondiale, j'ai voulu connaître les lieux de sa détention involontaire et je suis allé à l'OFLAG XB.

Avant de publier mes photographies personnelles prises sur le site en 2007, j'envisage de retourner à l'OFLAG XB prendre des vues comparatives dix ans après, car de nombreux travaux ont été faits depuis (voir les géolocalisations Google Earth).

 

NIENBURG AM WESER

 

L'OFLAG XB 

LE STALAG XC

 

LA CASERNE MUDRA

La Caserne MUDRA a été détruite et remplacée par un hôpital. Quelques baraques existent toujours, occupées par l'armée et la police allemande.

Le Stalag XC n'existe plus, mais le terrain accueille un centre commercial et des lotissements de maisons.

Le Pont sur la Weser est toujours présent, avec les rives bordées de saules pleureurs. Il n'est pas impossible de penser, nostalgique, que les saules pleureurs de cette rivière WESER immuable dans son environnement, sont les seuls témoins passés des pas de nos Chers Prisonniers de Guerre Français de L'OFLAG XB.

C'est avec cette grande émotion qu'en 2007, je me suis retrouvé à fouler les rives de la WESER.

 

LOCALISATION DE L'OFLAG XB

 

EN 2007

 

EN 2017

Avant de publier mes photographies personnelles prises sur le site en 2007, j'envisage de retourner à l'OFLAG XB prendre des nouvelles vues comparatives dix ans après, car de nombreux travaux ont été faits depuis (voir les géolocalisations Google Earth). Le voisinage du camp a encore bien changé.

L'OFLAG XB est situé dans la rue Ziegelkampstraße à Nienburg am Weser (la rue actuelle était l'allée du camp séparant les baraques 1 à 7 des baraques 8 à 13, lieu du bombardement du 04 FEVRIER 1945). La Breslauerstraße séparait l'OFLAG XB (quelques baraques conservées et rénovées) et le STALAG XC (démoli) avec comme point commun la Caserne MUDRA (démolie) utilisée par la garnison de gardiens allemands nazis.

L'histoire du site ou le respect du triste passé (voire la disponibilité des infrastructures) ont conservé intacte une partie de l'OFLAG XB qui est utilisé par l'armée allemande, tout comme elle l'utilisait avant la seconde guerre mondiale et par un hôpital.

Le site du STALAG XC (démoli) a été aménagé en centre commercial et en lotissements de maisons s'étendent maintenant jusqu'aux rives de la rivière WESER.

En 2007, c'est avec une très grande émotion, pareille à celle du premier homme marchant sur la lune, que je me suis retrouvé à fouler le sol de l'intégralité de la rue Ziegelkampstraße à Nienburg am Weser, parcourant pendant des heures le pourtour intégral de l'OFLAG XB (sous bois, stades, hôpital, supermarché, le pont et les rives aux saules pleureurs de la WESER.

 

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE

JORF n°110 du 13 mai 1999 page 7118

 


Arrêté du 15 avril 1999 relatif à la dérogation générale des fonds

de la Seconde Guerre Mondiale

versés aux Archives Nationales par le ministère de la défense (anciens combattants)

NOR: MCCB9800355A

 

JORF n°110 du 13 mai 1999 page 7118

ARRETE
Arrêté du 15 avril 1999 relatif à la dérogation générale des fonds de la Seconde Guerre mondiale versés aux Archives nationales par le ministère de la défense (anciens combattants)

NOR: MCCB9800355A La ministre de la culture et de la communication et le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants,Vu la loi no 79-18 du 3 janvier 1979 modifiée sur les archives, et notamment ses articles 7 et 8 ;Vu le décret no 79-1038 du 3 décembre 1979 relatif à la communicabilité des documents d'archives publiques,Arrêtent :Art. 1er. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les documents conservés au Mémorial du martyr juif inconnu (17, rue Geoffroy-l'Asnier, à Paris 4e) par le centre historique des Archives nationales de Paris sous les cotes suivantes :F9 5605 à 5631 : fichier familial de la préfecture de police de la Seine ;F9 5632 à 5668 : fichier individuel adultes de la préfecture de police de la Seine ;F9 5669 à 5674 : fichier individuel enfants de la préfecture de police de la Seine ;F9 5675 à 5741 : fichier adultes du camp de Drancy ;F9 5742 à 5748 : fichier enfants du camp de Drancy ;F9 5749 : fichier fusillés du camp de Drancy ;F9 5750 à 5777 : fichier des camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande.Art. 2. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les fonds conservés au centre des Archives nationales de Paris sous les cotes suivantes :F9 2190 : documents sur des camps et des prisonniers, 1941-1943 ;F9 2345 : inspection des camps ;F9 2574 à 2582 : services de la correspondance privée : cas douloureux, réclamations et recherches, 1942-1944 ;F9 2998 : commissariat général aux prisonniers de guerre rapatriés et aux familles des prisonniers de guerre : notes de service, décisions et arrêtés du commissaire général, personnel ;F9 3161 : négociations au sujet des déportés. Correspondance et listes établies en vue d'échanges ;F9 3196-3198 : sous-direction des fichiers et statistiques : 2e bureau (déportés politiques) ;F9 3227, 3237, 3238, 3246 : direction du rapatriement, 1944-1945 ;F9 3310 et 3314 : mission française de rapatriement en Allemagne. Section Déportés ;F9 3316, 3320, 3326 à 3347 : mission en Suisse ;F9 3379 à 3381, 3386 : Forces françaises libres en Suisse ;F9 3431, 3452, 3470, 3476, 3480 : archives des camps : Oflag X B, Stalag III D, Stalag V A, Stalag VI G ;F9 3687 : police allemande à Mulhouse ;F9 3691 : Revier Harzungen (camp de Bergen-Belsen) : rapports journaliers, 1944-1945 ;F9 3715, 3785, 3810, 3815, 3816, 3821 à 3870, 3881 : rapatriement et missions de recherches à l'étranger ;F9 5565-5601 : documentation et témoignages sur les camps de déportés en Allemagne, sur les crimes de guerre ennemis, documentation photographique, victimes civiles de guerre.Art. 3. - Par dérogation au 5o de l'article 7 de la loi du 3 janvier 1979 susvisée, peuvent être librement consultés les documents conservés au centre des archives contemporaines de Fontainebleau sous les cotes suivantes :830372 :Art. 1-16. - Listes des prisonniers de guerre de l'Axe détenus en captivité sous commandement français et soit décédés, soit transférés ou libérés. 1944-1948.830419 :Art. 1-24. - Listes mécanographiées des prisonniers de guerre français établis par le ministère de la guerre d'après les renseignements fournis par les mairies. 1940-1945.830423 :Art. 13-389. - Fiches de dénombrement collectées par le ministère des prisonniers, déportés et réfugiés dans le cadre de son recensement des prisonniers et déportés. 1946-1948.830559 :Art. 1-4. - Rapatriements, recherches et exhumations de corps : rapports d'activités et correspondance des missions françaises en Allemagne, Italie et Tchécoslovaquie. 1944-1945.900435 :Art. 1-2. - Fiches de dénombrement des internés et déportés en Allemagne durant la guerre 1939-1945 et en 1946-1948.Art. 4. - Le directeur des Archives de France est chargé de l'exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.Fait à Paris, le 15 avril 1999.

La ministre de la culture et de la communication,

Catherine Trautmann

Le secrétaire d'Etat à la défense chargé des anciens combattants, Jean-Pierre Masseret

 

CHAN (Centre historique des Archives nationales)



CHAN (Centre historique des Archives nationales)
CHAN 11 rue des 4 fils 75003 Paris
Site http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/

Archives commissariat aux prisonniers déportés refugiés du comité français de la libération nationale 1943/1944

Archives ministère des prisonniers déportés refugiés 1944/1946

Salle de lecture des ARCHIVES NATIONALES
HOTEL DESOUISE 60, rue des Franc-bourgeois, 75003 PARIS

72AJ 293 : Oflags XB.

 

CENTRE DES ARCHIVES CONTEMPORAINES

Centre des Archives Contemporaines
2 rue des archives 77300 Fontainebleau

Versement 19830419
ART 1-24 : LISTINGS DES PRISONNIERS DE GUERRE FRANCAIS ETABLIS PAR LE MINISTERE DE LA GUERRE DE 1940 A 1945, D'APRES LES RENSEIGNEMENTS FOURNIS PAR LES MAIRIES : 1940-1945
Classement par département.

Versement 19830374
MINISTERE DE LA GUERRE, MISSION FRANCAISE PRES LE SERVICE INTERNATIONAL DES RECHERCHES (S.I.R.)
ART 1-57 : FICHES DE RENSEIGNEMENTS DU SERVICE INTERNATIONAL DES RECHERCHES (S.I.R.) CONCERNANT DES RESSORTISSANTS FRANCAIS : 1951
Classement par région

 

DEPARTEMENT INTERARMEES, MINISTERIEL ET INTERMINISTERIEL

BUREAU DES ARCHIVES DES VICTIMES DES CONFLITS CONTEMPORAINS

Département interarmées, ministériel et interministériel
Bureau des archives des victimes des conflits contemporains
Rue Neuve Bourg l'Abbé 14000 Caen
BP 166
00468 Armées

BP 552
14037 Caen cedex

 

Musée de Nienburg am Weser

Museumsverein Nienburg / Weser

Musée de Nienburg am Weser

Museumsverein Nienburg / Weser
Leinstraße 48 31582 Nienburg www.museum-nienburg.de

Le musée vend deux livres en allemand sur l'OFLAG XB:

Gefangen hinter Stacheldraht Oflag XB und Stalag XC Kriegsgefangenenlager in Nienburg

(ISBN 3-9808770-0-0)

Kriegsgefangene im Kreis Nienburg 1939 - 1945

(ISBN 978-3-9808770-2-2)

 

FLEUR DE GAMELLE

LA CHANSON DE L'OFLAG XB

 

Documents personnels du Caporal Chef Julien K.

Ordonnance des Officiers

La chanson de l' OFLAG XB est " Fleur de Gamelle " OCTOBRE 1940

Paroles du Sous-Lieutenant SECHERESSE

Musique du Capitaine MOISSON

Mon père était aussi musicien amateur et jouait divers instruments de musique à cordes dont le BANJO. Pendant sa captivité à l'OFLAG XB, il inscrivit sur ses carnets personnels, au porte-plume trempé dans l'encre, la musique (portée et notes), ainsi que les paroles de la célèbre chanson de l'OFLAG XB.

 

LE BOMBARDEMENT DE L'OFLAG XB LE 04 FEVRIER 1945

LISTE DES TUES LORS DU BOMBARDEMENT OFLAG XB 04 FEVRIER 1945

 

ALEXANDRE Arsène Lieutenant
ARCHAMBAUD Jean-Marie Lieutenant
BACQUIE Jean Lieutenant
BENAZET Robert Lieutenant
BERTHAULT Claude Commandant ( non identifié )
BERTHEUX Georges Lieutenant-Colonel ( non identifié )
BLAUDEAU Jean Lieutenant
BODY Paul Commandant
BUNLET Henri Capitaine
CADET … Lieutenant décédé le 13 février 1945
CALLIES André Lieutenant-Colonel
CARLET Paul Lieutenant
CAYE Charles Colonel
CELLIER Maurice Capitaine
CHASSAGNADE Lucien Lieutenant
COLAS DES FRANCS Michel Lieutenant ( non identifié )
CORDIER Jean Capitaine
COTHIAS Jean Capitaine
D’ARCY Georges Lieutenant
DAVID Pierre Lieutenant
DE CABARRUS Edmond Commandant
DE L’HERMITE Pierre Capitaine
DELAUNE René Lieutenant
DEPAQUIT Pierre Lieutenant
DE REBOUL Henri Commandant ( non identifié )
DE SAINTE CLAIRE Jacques Capitaine
DESLANDES Emile Lieutenant
DE VERTHAMON Martial Commandant ( non identifié )
DE VISMES Marie Commandant
DE WERBIER D’ANTIGNEUL Guy Colonel
DION Roger Lieutenant
DU FAYET DE LA TOUR Etienne Capitaine
DU MESNIL Marie Capitaine
DU NODAY Christian Commandant ( non identifié )
FALLON Emile Commandant ( non identifié )
FELIX Jean Lieutenant
FLEURY Paul Lieutenant
FLORENCE Georges Capitaine
FRICHET Roger Lieutenant
GAUTHIER Yves Lieutenant ( non identifié )
GENDRE Julien Capitaine
GUERIN Alain Lieutenant-Colonel
GUILLERAULT Marcel Capitaine
HABANS Jean Capitaine
HOURDEAUX René Lieutenant
HUMBERT Jean Lieutenant
JAOUEN Eugène Lieutenant
JEAN Victor Commandant
KALTNECKER René Lieutenant
KERANGUEVEN Hervé Capitaine ( non identifié )
LACOMBE Marie Commandant ( non identifié )
LAIR Paul Colonel ( non identifié )
LALIRE Gervais Lieutenant
LARBAUD Joseph Commandant ( non identifié )
LE BOT Marcel Commandant ( non identifié )
LE MENE Joachin Lieutenant
LEROUX Robert Lieutenant
LESPINARD Henri Lieutenant
LESUR Henri Capitaine
LEYRAUD Marcel Lieutenant-Colonel ( non identifié )
MAGREY Louis Capitaine
MAHE Etienne Capitaine
MAQUIN Rémi Lieutenant
MARGANT René Lieutenant
MARIOT Marie Charles Colonel ( non identifié )
MARTIN Georges Lieutenant
MATHIEU Camille Commandant
MERLOT Pierre Lieutenant
MEYER Marcel Lieutenant
MICHALET Marcel Capitaine
MILON Pierre Lieutenant-Colonel ( non identifié )
MITTEAU André Lieutenant
MOULIN Paul Lieutenant
NEVIADOMSKY Cyrille Lieutenant
OGER Fernand Lieutenant
PELLETIER Roger Lieutenant
PRUGNEAUX Robert Lieutenant
RAYNAUD Jean Commandant
RICHIER Etienne Commandant
ROBERT Marcel Lieutenant
SIMON Numa Lieutenant-Colonel ( non identifié )
SIRYES Jean Lieutenant
SOUHARD José Lieutenant-Colonel
SRATER Maurice Commandant ( non identifié )
STEIGER Emile Lieutenant-Colonel ( non identifié )
TATON Lucien Lieutenant
TATTU Henri Lieutenant
TEISSIER Jean Capitaine
THEVENIN Michel Capitaine
THOUVENIN Jacques Lieutenant
THUVENY Paul Lieutenant-Colonel
TRISTAN Georges Lieutenant
VIET Emile Soldat
VITTECOQ Jean Capitaine
VITTECOQ Pierre Lieutenant-Colonel
VIVIER Jacques Lieutenant
VITTET Marius Lieutenant
YVEN Fernand Lieutenant

 

 

PAGES DU CARNET DE GUERRE ET DE PRISONNIER


DU CAPORAL CHEF Julien K.


PRISONNIER DE GUERRE A L'OFLAG XB n°73


ORDONNANCE DES OFFICIERS

 

Documents personnels du Caporal Chef Julien K.

Ordonnance des Officiers

NOM PRENOM GRADE FORMATION EMPLOI OFLAG XB (fonctions de captifs)

 


ENGEL Ernest SOLDAT 50 R.A INTERPRETE
KEIL Jean SOLDAT 50 R.A CUISINIER
STRUBB Emile SOLDAT 5 CUIRASSIERS CUISINIER
JESTER Auguste SOLDAT 271 R.I. CUISINIER
THOMAS René SOLDAT 271 R.I CUISINIER
BOLLY Ernest SOLDAT 147 R.I. CUISINIER
ALZIEN André SOLDAT 7 GENIE CUISINIER
DAULNY Paul SOLDAT 230 ARTILLERIE CUISINIER
HERDT Marcel SOLDAT 5 CUIRASSIERS CUISINIER
GUIDICELLI René SOLDAT 51 R.A.D. CUISINIER
ADIDA Georges SOLDAT 295 R.I. CANTINIER
GUERIN Pierre SOLDAT 147 R.I. CANTINIER
POUILLIARD Raymond SOLDAT 18 GENIE CANTINIER
AMEZARD Pierre SOLDAT 1ER CHASSEURS CANTINIER
SONCOWIDSKI Charles SOLDAT 1ER CHASSEURS COIFFEUR
LEMAITRE Marcel BRIGADIER 76 R.A. TAILLEUR
COLLINET Gustave SOLDAT ? PEINTRE VITRIER
ANDRE Henri SOLDAT 295 R.I. SERRURIER
DUBOIS Marcel SOLDAT 1ER R.I. CORDONNIER
DELHOMMEAU Marcel SERGENT CHEF 116 R.I. RELAIS BARAQUE 1 KOMMANDANTUR
BARRAUD Jean ? ? ?

Si ces données peuvent paraître incomplètes ou erronées, il ne faut pas omettre la contrainte de la captivité, la protection éventuelle des prisonniers évadés repris sans papiers, les contrôles et protections de la CROIX ROUGE ...

Cette liste réalisée en son temps comporte des fonctions traditionnelles dans un camp de prisonniers pour des personnes pouvant se mouvoir de baraque en baraque, utiliser des outils et des matériaux dits de bricolage (chacun d'entre vous pourra apprécier les diverses interprétations possibles du terme bricolage).

Quoi de plus normal est le fait de trouver un Prisonnier de Guerre en possession d'outils, normalement interdits dans des conditions de détention classique, destinés aux fonctions d’un cuisinier, d’un cantinier, d’un coiffeur, d'un tailleur, d'un serrurier, d'un plombier, d'un cordonnier, d'un interprète, d'une ordonnance des officiers, d'un relais chambre kommandantur, d'un peintre vitrier …

Le travail des Officiers Prisonniers de Guerre Français n'étant pas obligatoire, on croit rêver … sauf à rechercher une autre motivation: l’évasion.

Certains réussirent ou pas leur fameuse évasion unique ou recommencée, mais rares sont ceux qui vous le diront à ce jour, sauf dans leurs livres publiés racontant un périple dans une allemagne nazie et des pays occupés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Mon site internet familial consacré à l'Oflag xb se nomme "OFLAG XB NIENBURG AM WESER" (mis régulièrement à jour).

DE NOMBREUSES PHOTOGRAPHIES PERSONNELLES DU CAPORAL CHEF JULIEN K. ET DE DIVERS GROUPES DE PRISONNIERS DE L'OFLAG XB, DE 1939 à 1945, SONT SUR MON SITE INTERNET FAMILIAL (fichiers trop lourds pour mon blog). TOUTES LES PHOTOGRAPHIES PRISES A L'OFLAG XB PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE SONT ESTAMPILLEES DES DIVERS CACHETS DE LA CENSURE DU CAMP DE PRISONNIERS DE GUERRE.

LE CAPORAL CHEF JULIEN K. A NOTE, A LA PLUME TREMPEE DANS L'ENCRIER, LA PORTEE, LA MUSIQUE ET LES PAROLES DE LA CHANSON DE L'OFLAG XB "FLEUR DE GAMELLE" ECRITES PENDANT LA CAPTIVITE, PAREIL POUR SES CARNETS DE GUERRE ET DE PRISONNIER DE GUERRE EST AUSSI SUR MON SITE INTERNET.

N'étant pas historien, mais le fils d'un prisonnier de guerre français captif pendant 5 ans (malgré des tentatives d'évasions), j'ai volontairement mentionné de nombreux liens internets du fameux programme scolaire internet tacite (ce qui ne vous empêche pas de rechercher d'autres informations) car l'Histoire de La Seconde Guerre Mondiale est encore méconnue et les programmes scolaires développent peu le sujet qui concerne vos grands parents (ou vos parents) dont la jeunesse a été privée de liberté (pour ceux qui ont survécus à ces désastres humains).

Témoin ou descendant d'un témoin de cette sombre période du XXème siècle, bonne lecture à vous.

OFLAG XB ENTREE 1

OFLAG XB ENTREE 2

NIENBURG AM WESER PLAN

Numérisation_20170629 (31)

Numérisation_20170629 (32)

LIBERATION FRANCE 1945 100

APPEL 18 JUIN 1940 2

LIBERATION FRANCE 1945 101

LIBERATION FRANCE 1945 1 1

APPEL 18 JUIN 1940 3

LIBERATION FRANCE 1945 31

LIBERATION FRANCE 1945 30

LIBERATION FRANCE 1945 25

LIBERATION FRANCE 1945 5

LIBERATION FRANCE 1945 6

LIBERATION FRANCE 1945 7

LIBERATION FRANCE 1945 33

LIBERATION FRANCE 1945 32

LIBERATION FRANCE 1945 7

LIBERATION FRANCE 1945 8

LIBERATION FRANCE 1945 9

LIBERATION FRANCE 1945 10

LIBERATION FRANCE 1945 11

LIBERATION FRANCE 1945 12

LIBERATION FRANCE 1945 3

LIBERATION FRANCE 1945 13

LIBERATION FRANCE 1945 4

LIBERATION FRANCE 1945 14

LIBERATION FRANCE 1945 15

LIBERATION FRANCE 1945 16

LIBERATION FRANCE 1945 17

LIBERATION FRANCE 1945 18

LIBERATION FRANCE 1945 19

LIBERATION FRANCE 1945 20

LIBERATION FRANCE 1945 21

LIBERATION FRANCE 1945 34

LIBERATION FRANCE 1945 35

LIBERATION FRANCE 1945 36

LIBERATION FRANCE 1945 37

LIBERATION FRANCE 1945 38

LIBERATION FRANCE 1945 39

LIBERATION FRANCE 1945 40

LIBERATION FRANCE 1945 41

LIBERATION FRANCE 1945 42

LIBERATION FRANCE 1945 43

LIBERATION FRANCE 1945 44

LIBERATION FRANCE 1945 45

LIBERATION FRANCE 1945 46

LIBERATION FRANCE 1945 47

LIBERATION FRANCE 1945 48

LIBERATION FRANCE 1945 49

LIBERATION FRANCE 1945 50

LIBERATION FRANCE 1945 51

LIBERATION FRANCE 1945 52

LIBERATION FRANCE 1945 53

LIBERATION FRANCE 1945 54

LIBERATION FRANCE 1945 55

LIBERATION FRANCE 1945 56

LIBERATION FRANCE 1945 57

LIBERATION FRANCE 1945 27

LIBERATION FRANCE 1945 28

LIBERATION FRANCE 1945 29

LIBERATION FRANCE 1945 23

LIBERATION FRANCE 1945 24

LIBERATION FRANCE 1945 58

LIBERATION FRANCE 1945 59

LIBERATION FRANCE 1945 60

LIBERATION FRANCE 1945 61

LIBERATION FRANCE 1945 62

LIBERATION FRANCE 1945 63

LIBERATION FRANCE 1945 64

LIBERATION FRANCE 1945 65

LIBERATION FRANCE 1945 66

LIBERATION FRANCE 1945 26

LIBERATION FRANCE 1945 67

LIBERATION FRANCE 1945 68

LIBERATION FRANCE 1945 69

LIBERATION FRANCE 1945 70

LIBERATION FRANCE 1945 72

LIBERATION FRANCE 1945 71

LIBERATION FRANCE 1945 73

LIBERATION FRANCE 1945 74

LIBERATION FRANCE 1945 75

LIBERATION FRANCE 1945 76

LIBERATION FRANCE 1945 77

LIBERATION FRANCE 1945 78

LIBERATION FRANCE 1945 79

LIBERATION FRANCE 1945 80

LIBERATION FRANCE 1945 81

LIBERATION FRANCE 1945 82

LIBERATION FRANCE 1945 83

LIBERATION FRANCE 1945 84

LIBERATION FRANCE 1945 85

LIBERATION FRANCE 1945 86

LIBERATION FRANCE 1945 87

LIBERATION FRANCE 1945 88

LIBERATION FRANCE 1945 89

LIBERATION FRANCE 1945 90

LIBERATION FRANCE 1945 91

LIBERATION FRANCE 1945 92

LIBERATION FRANCE 1945 93

LIBERATION FRANCE 1945 94

LIBERATION FRANCE 1945 95

LIBERATION FRANCE 1945 96

LIBERATION FRANCE 1945 97

LIBERATION FRANCE 1945 98

LIBERATION FRANCE 1945 99

DYLE BREDA 10 MAI 1940 PLAN 1

DYLE BREDA 10 MAI 1940 PLAN 2

 

 

Témoin ou descendant d'un témoin de cette sombre période du XXème siècle, bonne lecture à vous.